FRANÇAIS / ENGLISH
Tap To Call

A Bahia…   arrow

A Bahia…tous les saints ne croient pas en Dieu

Résidence en cours : du 19 au 29 septembre – L’Epi Condorcet – Saint Jacques de La Lande

Résidence en cours : du 10 au 12 octobre et du 23 au 26 octobre – L’Epi Condorcet – Saint Jacques de La Lande

Résidence passée : Du 6 au 9 juin – L’Epi Condorcet – Saint Jacques de La Lande

Après « Chronica » et « Lado A », Alessandra poursuit son exploration des ponts culturels entre France et Brésil et de la percussion corporelle avec « À Bahia, tous les saints ne croient pas en Dieu », D’après O Santo que não acreditava em Deus, de João Ubaldo Ribeiro. En juin elle a entamé sa première résidence de création à l’Épi Condorcet de St Jacques de la Lande. Elle poursuit sa recherche du 19 au 29 septembre accompagnée par Sarosi Nay, en mettant tantôt l’accent sur la percussion corporelle, tantôt sur la danse.
Elle sera rejointe ultérieurement par un musicien, lui aussi brésilien et vivant en France, et par un auteur/metteur en scène français.

Tous trois entretiennent une relation particulière à la France et au Brésil, et, convaincus que c’est d’abord par un élan vers l’autre que les barrières culturelles peuvent être dépassées, ils souhaitent explorer ces « zones d’incompréhension » où les similitudes et/ou les différences entre deux cultures restent indéterminées. En s’efforçant de transmettre ce qui ne se traduit pas et reste indicible, il s’agirait non plus seulement de comprendre, mais de saisir ou de ressentir une appartenance commune.

En s’appuyant à la fois sur le texte de João Ubaldo Ribeiro, auteur contemporain de l’Etat de Bahia, mais aussi sur la richesse rythmique de la musique brésilienne, il s’agirait de jouer, tant avec la sonorité de la langue – des langues -, qu’avec la musique, et sur leurs résonnances, dans/par/à travers le corps, mais aussi la voix ou la simple présence.

Ce qui se cherche ici, c’est une pensée autre, différente de la simple rationalité conceptuelle qui sépare, pour explorer une « incompréhension qui nous relierait ».

Les commentaires sont fermés.